Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre in Paris, circa 1945. Photo: Robert Doisneau

Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre in Paris, circa 1945. Photo: Robert Doisneau

Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre, Nida, Lithuania, 1965. Photos: Antanas Sutkus.

[I can’t deny, I love these photos. And Antanas Sutkus is such a great photographer! I thank him.] 

Les Fabuleuses Destinées: Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre. Documéntaire RTL. Donnée unconnue. 

Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre. Café de Flore, Paris, 1970. Photographer unknown.

Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre. Café de Flore, Paris, 1970. Photographer unknown.

The only problem with this is that the editor clearly does not understand who they are. They were not looking for power, but willing to challenge power. They were looking for changes.

Orly Airport, Paris, October 1, 1968. Photo: Alain Nogues

Orly Airport, Paris, October 1, 1968. Photo: Alain Nogues

Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre at Paris Airtport (Orly) on their way to Prague, 1968. Photographer unknown.

Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre at Paris Airtport (Orly) on their way to Prague, 1968. Photographer unknown.

Simone de Beauvoir et Sartre. Aéroport de Orly. Donnée inconnue.

Simone de Beauvoir et Sartre. Aéroport de Orly. Donnée inconnue.

"Il y a une question qu’en vérité je ne me suis pas posée ; le lecteur se la posera peut-être : n’aurais-je pas dû prévenir Sartre de l’imminence de sa mort ? Quand il était à l’hôpital, affaibli, sans ressort, je n’ai pensé qu’à lui dissimuler la gravité de son état. Et avant ? Il m’avait toujours dit qu’en cas de cancer ou d’autre maladie incurable, il voulait savoir. Mais son cas était ambigu. Il était « en danger » ; mais tiendrait-il encore dix ans, comme il le souhaitait, ou tout serait-il fini d’ici un an ou deux ? Tout le monde l’ignorait. Il n’avait aucune disposition à prendre, il n’aurait pas pu mieux se soigner. Et il aimait la vie. Il avait eu bien déjà du mal à assumer sa cécité, ses infirmités. La menace qui pesait sur lui, s’il l’avait plus précisément connue, n’aurait fait qu’inutilement assombrir ses dernières années. De toute façon, je voguais comme lui entre la crainte et l’espoir. Mon silence ne nous a pas séparés. Sa mort nous sépare. Ma mort ne nous réunira pas. C’est ainsi ; il est déjà beau que nos vies aient pu si longtemps s’accorder »."

— Dernier paragraphe de La Cérémonie des adieux, de Simone de Beauvoir. Elle parle de sa culpabilité d’avoir caché à Sartre l’imminence de sa mort. C’est aussi une déclaration d’amour: Mon silence ne nous a pas séparés. Sa mort nous sépare. La mienne ne nous réunira pas. C’est ainsi. Il est déjà beau que nos vies aient pu si longtemps s’accorder.

Simone de Beauvoir and Sartre. Brazil, 1960.

Simone de Beauvoir and Sartre. Brazil, 1960.

French philosophers and writers Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre, Paris, France, 1940. Photograph: Sipa Press/Rex Features.

French philosophers and writers Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre, Paris, France, 1940. Photograph: Sipa Press/Rex Features.

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre. Paris, 1959. Photo: Georges Pierre.
(À gauche, Évelyne Rey, actrice, soeur de Claude Lanzmann, qui avait une relation amoureuse avec Sartre).
— Celui-ci est le dernier post de 2011. Mais les rencontres avec Simone de Beauvoir continuent l’année prochaine. Happy New Year! —

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre. Paris, 1959. Photo: Georges Pierre.

(À gauche, Évelyne Rey, actrice, soeur de Claude Lanzmann, qui avait une relation amoureuse avec Sartre).

— Celui-ci est le dernier post de 2011. Mais les rencontres avec Simone de Beauvoir continuent l’année prochaine. Happy New Year! —

Simone de Beauvoir and Nelson Algren, Chicago, 1950. Photo: Beauvoir’s personal collection.

Simone de Beauvoir and Nelson Algren, Chicago, 1950. Photo: Beauvoir’s personal collection.

Simone de Beauvoir and Nelson Algren, Chicago, 1951.

Simone de Beauvoir and Nelson Algren, Chicago, 1951.

Simone e Sartre no Rio de Janeiro, 1960.

Simone e Sartre no Rio de Janeiro, 1960.